POURQUOI LA CRISE BANCAIRE EUROPEENNE EST FAVORABLE A L'EURO

POURQUOI LA CRISE BANCAIRE EUROPEENNE EST FAVORABLE A L’EURO

Il y a une dizaine de jours je communiquais ma conviction d'un bas majeur atteint sur les rendements des Treasuries et Bunds, ainsi que sur les principales bourses.

Suite à ces signaux -auxquels j'attribue une signification stratégique importante- c'est au tour de l'euro-dollar.

En ce moment c'est sur l'euro-dollar que la situation de fond semble évoluer franchement de par d'importants mouvements de capitaux liés à la situation critique du système bancaire européen.

D'un côté la BCE semble tirer massivement sur les accords de swap avec la Fed à qui elle emprunte des dollars pour les vendre contre euro afin de fournir de grandes quantités de liquidités en euro dont sont demandeurs pas mal d'opérateurs bancaires européens notamment en Italie et en Espagne. C'est ici le facteur de liquidité qui joue en faveur de l'euro car dans l'état actuel des marchés ces liquidités en euros ne sont rendues disponibles que par le tirage massif de la BCE auprès de la Fed en vendant les dollars ainsi empruntés pour les prêter aux banques européenes incapables de se financer normalement dans le marché.

D'un autre côté il parait y avoir un important mouvement de rapatriement de fonds également par des banques européenes qui raccourcissent substantiellement leurs bilans afin de parer aux pertes considérables qui se profilent comme inévitables sur notamment les avoirs en actifs grecs. C'est le facteur de solvabilité par lequel les banques cherchent à minimiser l'impact bilantaire considérable impliqué par la détérioration de la situation dans les marchés de la dette souveraine et ainsi par ailleurs à restreindre au moins partiellement leurs potentiels besoins de recapitalisation.

Malgré le flux intense et contradictoire des nouvelles politiques qui pollue et obscurcit une vision claire de la situation, je soumets que ce sont ces deux flux de fonds majeurs actuellement à l'oeuvre mais qui passent inaperçus aux yeux des analystes et prévisionnistes, que dans mon esprit expliquent le raidissement de l'euro contre dollar malgré l'incertitude politique qui prévaut toujours.

Une clarification des lignes de force d'un accord politique européen la semaine prochaine peut s'y ajouter en propulsant l'euro éventuellement sur 1.426, voire 1.453.

Antonio Ferreira
21 novembre 2011